Les mouvements répétitifs sur le lieu de travail, ainsi que d’autres facteurs de nature psychosociale, individuelle ou organisationnelle, influencent l’apparition et le développement des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Ces troubles sont les affections professionnelles les plus fréquentes en France et en Europe et représentent un problème majeur tant en termes de santé (douleur directe, gêne, perte de qualité de vie, etc.) qu’en termes de coûts associés pour les entreprises (absentéisme, perte de productivité, nouvelles embauches, formation du personnel, etc.)

Pour toutes ces raisons, il est essentiel de prendre en compte les mesures préventives qui peuvent être prises pour tenter d’éviter ou de minimiser le risque de souffrir de ces troubles.

Définition des troubles musculo-squelettiques (TMS) ?

Les troubles musculo-squelettiques sont des blessures,(altérations physiques et fonctionnelles), associées au système musculo-squelettique:

  • l’appareil locomoteur : muscles, tendons, ligaments, nerfs et articulations
  • les articulations, principalement dans le dos et les membres supérieurs et inférieurs.
  • les extrémités, tant supérieures qu’inférieures.

Il existe deux types fondamentaux de blessures :
Aiguë et douloureuse, provoquée par un effort intense et bref, comme une comme, par exemple, le blocage d’une articulation à la suite d’un mouvement brusque, un poids excessif, etc.
Chronique et durable, causée par une tension permanente, entraînant des douleurs croissantes (par exemple, tendinites, bursites, etc.)

Quelles sont les personnes qui peuvent être concernées par les TMS ?

Les personnes les plus à risque sont

  • Les travailleurs manuels (qualifiés et non qualifiés)
  • Les travailleurs les plus âgés sont ceux qui présentent le plus de problèmes liés à ce type de
    les problèmes liés à ce type de troubles
  • Les travailleurs précaires sont beaucoup plus exposés à des tâches répétitives dans des positions douloureuses ou fatigantes
    Les troubles touchent davantage les femmes que les hommes.

Symptômes connus par rapport aux TMS

  • Douleur localisée dans les muscles ou les articulations.
  • Raideur, apparaissant souvent dans la nuque, le dos et les épaules.
  • Picotements, engourdissement, engourdissement, dans les extrémités supérieures
  • Perte de force et de capacité de préhension, très fréquente au niveau de la main.
  • Perte de sensation dans la zone affectée
  • Fatigue musculaire, semblable à celle qui survient dans la vie quotidienne en raison de différentes activités, et qui ne disparaissent, mais les symptômes s’aggravent progressivement au fil du temps.

Que faire pour prévenir les troubles musculo-squelettiques ?

Manutention manuelle de charges

  • Rappelez-vous la règle de base pour toute manutention : la charge doit être placée aussi près du corps que possible.
  • Essayez de manipuler les charges lourdes ou volumineuses en équipe.
  • Faites des pauses pour compenser la fatigue excessive ou alternez la manutention de charges avec d’autres tâches plus légères.
  • Utiliser, dans la mesure du possible, des moyens auxiliaires pour le levage et le transport de charges lourdes (grues, courroies, bandes transporteuses, chariots élévateurs, etc.)
  • Effectuez des exercices d’échauffement général avant et après le travail.

Postures forcées

C’est le cas des postures dans lesquelles le corps n’est pas dans une position naturelle et qui sont maintenues pendant une période prolongée. Quelques exemples de postures forcées sont l’inclinaison de la tête à plus de 30º, la flexion du dos à plus de 45º ou l’action de lever les bras à plus de 60º. Comment essayer de les prévenir ?

Essayez de maintenir des postures neutres aussi longtemps que possible, en essayant d’organiser l’espace de travail de manière à ce que tout soit à portée de main.
Faites des pauses pour permettre aux muscles, aux tendons et aux ligaments de récupérer.

Tâches répétitives

Les tâches répétitives, que ce soit par la répétition des cycles de travail ou la répétition des actions et des gestes, constituent l’un des principaux risques professionnels générateurs de TMS. Leur impact peut être minimisé par des mesures telles que :

  • Utiliser des outils manuels ergonomiques qui permettent au poignet de rester droit avec l’avant-bras.
  • Utilisez des produits lubrifiants qui réduisent les frottements et donc la force manuelle dans le cas d’opérations d’assemblage (raccordement de tuyaux, montage de brides, insertion de pièces dans des trous, etc.)
  • Évitez d’utiliser des outils qui transmettent des vibrations.
  • Évitez d’utiliser votre main pour frapper.

Utilisation d’écrans

Bien que son impact soit souvent négligé ou minimisé, l’utilisation prolongée d’écrans est un autre des environnements à risque de TMS les plus courants. Une attention particulière doit être accordée aux travailleurs qui dépassent une moyenne de quatre heures par jour d’exposition aux écrans, ce qui augmente le risque de fatigue visuelle, physique et mentale.

Voici quelques conseils pour prévenir la fatigue oculaire :

  • Utilisez un niveau d’éclairage compris entre 500 et 1000 lux pour lire et écrire des formulaires et autres tâches de bureau courantes.
  • Évitez les reflets en orientant correctement le moniteur par rapport aux sources de lumière et en utilisant une table dont la surface est mate.
  • Gardez l’écran du moniteur propre.
  • Faites des pauses (mieux vaut des pauses courtes et fréquentes que longues et espacées). Il est bon de se rappeler les exercices pratiques que nous avons proposés dans Pauses actives au travail : améliorer votre santé au bureau.
    Le meilleur remède pour éviter la fatigue physique est d’essayer de maintenir une posture correcte, selon les critères décrits dans Prévention sur votre lieu de travail.

Laissez un commentaire