Karine Minidré - Dirigeante Le Jokcoeur

Le Jokcoeur – Valoriser la place de chacun par le jeu


Durant l’été, j’ai fait la connaissance de Karine, la dirigeante de Jok’cœur. Je crois que l’on peut dire que cela à tout de suite accroché toutes les deux. Et je lui ai demandé de participer à un nouveau projet que j’organise mais il est encore trop tôt pour en parler. Elle possède une personnalité pétillante, ses jeux abordent des sujets qui ne sont vraiment pas évidents : discrimination, trouver sa place dans la société, ect.  avec sa façon d’aborder chaque domaine elle réussit à trouver le fil qui permet de s’ouvrir aux autres et à tisser les liens d’un sujet à l’autre. En attendant de pouvoir vous en dire plus sur le projet que nous avons en commun, je vous laisse la découvrir à travers cette interview que j’ai réalisée de Karine.

Quel est ton métier ?

Karine Minidré – Le Jok’coeur :

Je fais jouer les gens de 7 à 177 ans! Mon métier consiste à utiliser le jeu comme support d’interactions entre individus, comme vecteur d’échanges, de partages, de rencontres.  Des  jeux  de  société  aux  jeux  de  plein  air  en  passant  par  les  jeux surdimensionnés, jeux de management et jeux d’ambiance, je propose aussi des jeux sur mesure pour illustrer des événements ou des thématiques particulières. Enfin, je créé des jeux militants pour mieux vivre ensemble.

Comment t’est venue l’idée ?

Le JOK’coeur est né de l’envie de créer des liens et de relier les individus. Un petit côté « marieuse »,  en  somme !  Un  jour,  j’ai  organisé  un  « apéro  billes »  sur  la  plage  en invitant des amies et amis, célibataires pour la plupart. Dans le sable, nous avons tracé un parcours et improvisé une course à base de billes et de petites voitures. La spontanéité et l’authenticité des échanges grâce au jeu, entre ces personnes qui ne se connaissaient pas m’a littéralement bluffée ! J’ai compris que c’était sans nul doute le plus puissant outil de communication et le plus efficace moyen de relier les gens dans la joie, le plaisir et la bonne humeur.

Pour quel métier en changerais-tu ?

Très honnêtement, je n’échangerais mon métier contre aucun autre car il est comme l’expression de ce que je suis. Grâce à lui, je me sens totalement à ma place dans ce monde avec le sentiment d’avoir relié mes aspirations, compétences, savoir-faire et savoir-être, autour de cette activité qui me nourrit et qui fait sens, à chaque instant. Ce métier répond à mon envie d’agir sur le monde, me procure un plaisir intense quelle que soit la mission et représente la plus inépuisable source d’épanouissement, de réalisation et de plénitude dont je puisse rêver !

Qu’est-ce que tu voudrais voir changer dans le monde ?

J’aimerais  que  la  qualité  des  relations  entre  humains  s’améliore  et  que  l’espèce humaine  apprenne  enfin  à  vivre  en  harmonie  avec  elle-même  et  avec  son environnement.  Je  voudrais  voir  se  développer  partout  l’enseignement  de  la communication non-violente,  de  l ‘éducation  relationnelle  et  de  tous les  outils de développement  personnels  capables  d’éveiller  les  consciences,  de  rendre  les individus plus autonomes et responsables. Je rêve de voir une société dans laquelle chacun aurait une place pour s’épanouir et donner au collectif le meilleur de lui-même.

Peux-tu nous citer une personne qui t’inspire ?

En réalité, tout le monde m’inspire !!!  Pas de la même façon,     pas avec la même intensité ni dans les mêmes directions mais j’essaie d’être toujours à l’écoute de ce que chacun éveille ou provoque en moi ! Tous ceux qui font de leurs rêves une réalité m’inspirent, tous ceux qui sont dans la résilience, ceux qui transforment le monde pour le rendre meilleur, ceux qui luttent pour  défendre  les  libertés,  ceux  qui  encouragent  et  facilitent  l’épanouissent  des  autres, ceux qui cherchent à comprendre le monde, ceux qui provoquent, ceux qui créent, … il y en a tant !!!

Siddharta Gautama, Gandhi, Mère Teresa, Mistinguett ,   Simone de Beauvoir, Marshall B.Rosenberg, Jacques Salomé, Michel Claeys, Olivier Clerc…

 

Qu’est- ce qui te donne confiance en l’avenir ?

Le sentiment que chaque chose est à sa place et que rien n’arrive par hasard. Que tout est message, leçon de vie à condition de s’en saisir. Nous sommes maîtres de nos existences. La beauté et la perfection de la nature, la créativité des hommes et leur potentiel à donner le meilleur d’eux-mêmes. J’observe au quotidien l’empathie et la bienveillance dont nous sommes tous capables lorsque nous sommes simplement considérés et reconnus. Cela me donne profondément confiance en l’avenir.

Peux-tu nous donner un truc, une astuce que tu as appris dans ton voyage dans l’inclusion ?

Pour inclure et développer le sentiment d’interdépendance, il faut commencer par reconnaître et valoriser la place de chacun, quel que soit le contexte.

Pour contacter Le Jok’coeur, Karine Minidré, c’est par ici :

Le Jokcoeur logo

Le Jok’coeur

 

 

 

 

Site web : http://www.lejokcoeur.fr/

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *